Après la découverte de nouveaux cas, seules dix communes (1) situées dans le sud du département échappent désormais à l’interdiction de circulation des animaux d’élevage. Celle-ci est en vigueur partout ailleurs.

450 cheptels dépistés

Dans la zone concernée, tous les cheptels seront en outre dépistés et vaccinés car « l’objectif est d’enrayer [la maladie] par la vaccination avant le printemps lorsque les moucherons, vecteurs de la maladie, réapparaissent », explique la préfecture dans un communiqué.

Pour l’instant, 450 troupeaux ont été dépistés et 31 « placés sous arrêté infection ». Un premier veau malade avait été abattu le 7 novembre, conduisant les autorités à définir un premier périmètre de sécurité, déjà élargi une première fois à la fin de novembre.

Le préfet annonce d’ailleurs qu’une enquête administrative est en cours « pour déterminer si, contrairement à la réglementation en vigueur, des bovins non valablement vaccinés auraient pu être transportés récemment de Corse vers le continent, introduisant ainsi la maladie en Haute-Savoie ».

Par ailleurs, les services vétérinaires investiguent cinq foyers potentiels dans la Saône-et-Loire, l’Ain, l’Isère, le Maine-et-Loire et la Savoie.

AFP

(1) Bouchet-Mont-Charvin, Chevaline, Doussard, Entrevernes, Faverges-Seythenex, Giez, Lathuille, Saint-Férréol, Serraval et Val de Chaise.