La Chine a levé en grande partie l’embargo qu’elle imposait depuis la fin de 2003 sur le bœuf américain. L’importation de produits de viande de bœuf, désossée ou avec os, provenant d’animaux de moins de 30 mois, est à nouveau autorisée, selon l’Administration chinoise pour le contrôle de la qualité, l’inspection et la quarantaine (AQSIQ).

Un embargo vieux de 13 ans

La décision, applicable immédiatement, met en grande partie un terme à l’embargo vieux de 13 ans, même si elle est assortie de conditions. Les produits carnés américains devront ainsi « répondre aux exigences chinoises en termes de traçabilité, d’inspection et de quarantaine ».

Ce geste de bonne volonté de Pékin qui intervient au moment où la consommation de viande s’envole dans le pays à la suite de l’essor de la classe moyenne, et où la viande importée de l’Australie, notamment, connaît un grand succès.

Les prix s’envolent

La Chine s’avère un débouché prometteur : la consommation annuelle de bœuf s’y est élevée l’an dernier à 3,8 kg par habitant, contre moins de 3 kg en 2005, selon l’OCDE. Conséquence, « les prix du bœuf se sont envolés en Chine et sont à présent quatre fois plus élevés qu’en l’an 2000 », estime la banque néerlandaise Rabobank.

D’ici à 2025, il faudra 2,2 millions de tonnes de bœuf supplémentaires pour satisfaire l’accroissement de la demande, dont 20 % seront fournis par les importations, estime la Rabobank.

D’après l’AFP