L’enjeu de la simplification semble plus que jamais stratégique pour le développement des énergies renouvelables. Réunis au ministère de l’Écologie ce jeudi 7 décembre, les acteurs de la filière solaire et du financement des ENR ont ainsi entendu Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès de Nicolas Hulot, confirmer l’organisation d’un groupe de travail sur les enjeux de libération du solaire photovoltaïque.

Groupe de travail sur la méthanisation

Aussitôt, le groupe de réflexion France Biométhane a officiellement demandé la création d’un groupe de travail sur la filière du biométhane. Dans le communiqué diffusé le jeudi 7 décembre au soir, le « think-tank » souhaite ainsi qu’une « réflexion soit menée au plan réglementaire, sur la simplification administrative, sur la fiscalité et sur le financement ». Il obtient gain de cause ce vendredi 8 décembre, mais le sujet semble étendu à la méthanisation dans son ensemble.

Chaque filière a son groupe

Un tel groupe de travail national existe déjà pour l’éolien, un autre se consacre à la biomasse. Dès lors, une politique de simplification globale pour l’accélération des énergies renouvelables avec une harmonisation à l’ensemble des filières pourrait être étudiée. C’est d’ailleurs ce qui sera peut-être présenté par Nicolas Hulot au travers du « Green New Deal » qu’il a lui même annoncé cet automne et qui devrait prendre forme dès le début de l’année 2018.

Il devrait à ce propos préciser ses intentions dès le Sommet sur le climat intitulé « One Planet Summit » qui se tiendra le 12 décembre prochain à Paris. Pour l’heure, selon Sébastien Lecornu, ces groupes de travail « permettront de nourrir les travaux de la programmation pluriannuelle de l’énergie » 2019-2023.

Vincent Gobert