« La dernière vente de la campagne de 2019-2020 s’est déroulée loin du ring, sur internet avec une “salle des marchés” improvisée », décrit Interlim, dans son communiqué de presse diffusé le vendredi 12 juin 2020. Malgré des conditions de vente particulières, les résultats ont été au rendez-vous. Les taureaux qualifiés « Espoirs » et « RJ », ainsi que les « génisses de Lanaud » ont bénéficié d’une moyenne d’enchères en progression par rapport à l’an passé, à la même période. « La vente aux enchères en ligne aura aussi favorisé la participation des acheteurs étrangers », relève Interlim.

Deux innovations pour une vente

Pour garantir le meilleur cadre à distance, l’ensemble des animaux proposé aux enchères a été filmé en HD et présenté dans un catalogue interactif en ligne, en amont de la vente. « Le catalogue était un premier indicateur positif du soutien des potentiels acquéreurs, avec près de 12 000 consultations », salue Interlim. Parallèlement, un outil d’enchères 100 % en ligne a été créé, intégralement en interne, pour permettre aux acheteurs français et étrangers d’enchérir en temps réel sur les animaux.

À lire aussi : Station de Lanaud, un jeune taureau limousin vendu 14 700 € (16/03/2020)

46 veaux « Espoirs » ont trouvé preneur

Pour débuter cette quatrième série, 52 jeunes taureaux qualifiés « Espoirs » se sont succédé sur le ring, sous le regard attentif des 300 acheteurs connectés sur le site de vente aux enchères en ligne. Le taux de vente est évalué à 87 %, contre 83 % l’année passée. La moyenne d’enchères, établie à 3 341 €, affiche une nette progression par rapport à 2019 où le montant était de 3 012 €.

« Le record d’enchère va à Puma né à l’EARL Rouches (Aveyron), qui rejoindra le Gaec Menard (Loire-Atlantique) pour 6 300 €, rapporte Interlim. C’est un taureau de type mixte, complet, très bien fait dans son dos et bien soudé à l’épaule. Il est doté d’une cuisse longue, rebondie et d’un bassin ouvert. »

Puma, adjugé 6 300 €, remporte le prix record de la vente des espoirs qui s’est déroulée le mercredi 11 juin. © Interlim

Deux autres animaux ont dépassé la barre symbolique des 5 000 € :

  • Panthéon, né au Gaec Repplinger (Moselle), a été acheté 5 800 € par Fabrice Poupart (Haute-Vienne). « Ce taureau de type mixte est très complet, épais dans son dos et dans son arrière-main, avec un très bon quartier arrière et très bien racé » ;
  • Pégase, né au Gaec Thibaud (Haute-Vienne), intégrera le cheptel de la S.A Domaine des Etoiles (Charente). « Ce taureau très volumineux a beaucoup de coffre et un très gros quartier arrière. Il a été acheté 5 100 € », rapporte Interlim.

Les taureaux « RJ » vendus en totalité

Pour la vente des « RJ » le jeudi 12 juin, près de 450 acquéreurs pontentiels étaient devant leur écran. Sur les 51 jeunes reproducteurs proposés à la vente, 100 % ont trouvé preneur, « à une moyenne très satisfaisante de 5 676 €. Les enchères étaient rapides et rythmées, au moins aussi disputées sur internet que dans le ring », complète Interlim.

L’enchère la plus élevée est remportée par Petunias (fils de Lover VS sur Giroflee REE), adjugé à 11 800 €. « Ce jeune taureau volumineux, puissant et harmonieux est très complet dans son ensemble avec un excellent quartier arrière », détaille Interlim.

Trois autres animaux passent la barre des 10 000 € :

  • Pastis a été attribué 11 600 € à Nicole Assier (Tarn), au Gaec l’Echo Limousin (Tarn) et au Gaec de la Coste Haute (Aveyron). « Ce fils de Harry RR VS est de type mixte, épais dans son dos et dans son arrière-main et doté d’un bassin bien ouvert » ;
  • Pilote a été vendu à l’EARL Grelaud (Creuse) pour la somme de 10 900 €. « Fils de Harry RR VS également, c’est un taureau de type mixte, puissant et très complet. Il est large et épais dans son dessus, avec un excellent quartier arrière. » Ces deux jeunes taureaux appartenaient à Pierre Rupp basé en Moselle ;
  • Paulo, né au Gaec Chauveau (Sarthe), fils de Lambin RJ sur Lepiote RR, a été adjugé 10 000 € à Patrick Lett (Moselle). « Ce reproducteur de type mixte est très complet avec un dessus épais et tendu. Il est fin d’os et doté d’un excellent quartier arrière. »

16 veaux RJ ont été attribués à des acheteurs étrangers et sont partis en direction de la Belgique, de l’Espagne, de la Hongrie, de l’Italie, de la Lituanie, du Luxembourg, de la Pologne et la Suisse.

11 génisses sur 12 vendues à l’étranger

À l’issue de la vente des RJ, 12 génisses sont venues clôturer la quatrième session à Lanaud. Toutes ont été vendues « à une moyenne de 3 475 €, en très nette hausse (2 950 € de moyenne en 2019) ».

Le record de vente revient à Oklaoma, fille de Jongleur RJ. Née à l’EARL Grandidier (Moselle), cette génisse mixte a été vendue 4 200 € à un Anglais, Steven Smith.

Lors de cette vente, « les éleveurs étrangers ont été particulièrement actifs ». Sur les 12 génisses proposées à la vente, 11 femelles sont parties à l’exportation, à destination de la Belgique, de l’Italie, de l’Angleterre et de la Pologne.

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

La modestie de l’offre stabilise les prix

Les apports modestes conduisent à une stabilisation des cours en vaches allaitantes et en réformes laitières.