Fervent défenseur de la cause animale, le député de La République en marche de l’Essonne n’entend pas arrêter son combat en faveur des animaux au texte de loi sur l’alimentation, a-t-il prévenu dimanche 23 septembre sur le plateau de l’émission Dimanche en politique sur France 3.

« Je me battrai »

Le mathématicien est revenu sur l’amendement visant notamment à interdire le broyage des poussins mâles introduit dans le projet de loi sur l’alimentation, il regrette qu’il ait été rejeté par la majorité et « qu’on ne soit pas allé plus loin » : « Nous n’avons pas été assez ambitieux sur ce texte, a-t-il souligné. Il y avait quand même des progrès. On aura d’autres occasions de revenir sur ce sujet et, en tout cas, je me battrai pour. »

« Je suis sûr que c’est vendeur »

Interrogé sur les raisons de cette déconvenue, le député n’a pas souhaité répondre. « C’est plus généralement sur la question du modèle économique qu’il faut travailler, a-t-il en revanche poursuivi. Je milite pour qu’on travaille en France sur la montée en gamme du secteur agricole, des circuits bio, des circuits courts, des filières dans lesquelles il y a un respect du bien-être animal. Et je suis sûr que c’est vendeur. Si nous avons de plus en plus de citoyens qui se détournent de la viande au profit d’une meilleure consommation, c’est aussi par cela. Il faut travailler sur le bien-être animal et sur la qualité, ce sera une façon de redynamiser nos filières agricoles. »

Rosanne Aries