Résultats de recherches et témoignages d’utilisateurs étaient au cœur du séminaire « Le sainfoin réinventé », organisé par la filière du sainfoin déshydraté Multifolia les 12 et 13 juin 2017 à Viâpres-le-Petit, dans l’Aube.

« C’est une plante agroécologique par excellence, s’enthousiasme Pascale Gombault, présidente de la coopérative Sainfolia et de la société de commercialisation Multifolia. Économe en intrants, rustique et hautement mellifère, c’est une légumineuse très appétente dotée d’une bonne efficience digestive et d’un effet antiparasitaire. » La coopérative Sainfolia a sélectionné la variété Perly pour sa richesse en tanins condensés. La plante est ensuite déshydratée et transformée en granulés, ce qui concentre ses actifs.

La recherche s’élargit

« Des chercheurs de tous les continents travaillent sur le sainfoin, expose Hervé Hoste, chercheur à l’Inra de Toulouse. L’Inra est partenaire de Multifolia depuis la création de la filière, il y a neuf ans. Au départ, les recherches concernaient les ruminants uniquement, elles se sont maintenant étendues aux chevaux, aux lapins et à la vigne. Nous nous intéressons aux propriétés anthelminthiques du sainfoin, à ses qualités nutritionnelles mais aussi à son impact positif sur la réduction des émissions de méthane. Nous testons également son action sur les nématodes de la vigne, responsable de la transmission du virus du court noué. »

Agroscope, l’équivalent suisse de l’Inra, se penche sur les effets du sainfoin sur la qualité des produits animaux. Une baisse du taux d’urée du lait, une augmentation des oméga 3 et 6 de la viande d’agneau ainsi qu’une diminution de « l’odeur de mouton » de cette même viande ont déjà été mis en évidence.

Améliorer le taux de transfert des oméga 3

Des tests sont aussi réalisés par la firme de services MG2Mix et par les quatre fabricants d’aliments membres de la filière : Terdici, Le Père François, Terrya et Arrivé Bellanné. « En 2015, nous avons introduit du sainfoin dans les rations des brebis laitières de 27 de nos adhérents, expose Eric Touzet, technicien chez Terrya. Résultat : une augmentation de 4 points de la matière sèche utile et un gain de production de 0,15 litre par jour et par brebis. Aujourd’hui, 50 % de nos adhérents producteurs de lait de brebis nous commandent ce type d’aliment. »

« Pour les démarches garantissant un meilleur équilibre entre oméga 3 et oméga 6 dans la viande, nous ajoutons à la ration du sainfoin en plus du lin, explique Dominique Simon, technicien chez Terdici. Le sainfoin améliore le transfert des oméga 3 dans les muscles des animaux. »

Valérie Scarlakens