L’accord-cadre entre France Conseil Élevage (FCEL) et l’Institut de l’élevage (Idele), officialisé lors du Space et du Sommet de l’élevage, signe le lancement d’une série de « projets innovants et ambitieux s’appuyant sur l’imagerie 3D en élevage », se réjouit le réseau FCEL dans un communiqué diffusé en septembre.

> À lire aussi : Le phénotypage des laitières par scanner entre en scène (10/01/2019)

Association de compétences

À travers la création du consortium Pheno 3D, le réseau FCEL et l’Idele associent leurs compétences et expertises pour aller plus loin dans l’automatisation de la collecte de données et de phénotypes en élevage.

« Les travaux développés dans le cadre de ce partenariat interviennent dans la continuité des projets de recherche sur l’imagerie 3D portés par l’institut depuis 2014 », indique Clément Allain, chef de projet élevage de précision à l’Idele.

> À lire aussi : Vaches laitières, la note d’état corporel en instantané grâce à la 3D (27/09/2017)

Estimation du poids et de la morphologie des veaux

Le premier projet sur les rails porte sur l’estimation des poids et de la morphologie des veaux de race allaitante au sevrage. « Les organismes de sélection des races allaitantes sont associés à la démarche et à la réflexion », précise FCEL.

« Cette technologie, permettant d’acquérir une image 3D complète des animaux, viendra compléter le travail visuel des pointeurs dans un objectif de sélection génétique, rapporte Clément Allain. L’imagerie 3D pourrait aussi servir à l’éleveur pour mieux piloter l’engraissement de ses jeunes bovins. »

En association avec l’entreprise 3D Ouest, les experts envisagent de développer le premier prototype en 2022. « L’outil sera ensuite testé en ferme expérimentale d’ici à la fin de 2022 en vue d’un déploiement dans les élevages en phase de routine en 2023 », reprend Clément Allain.

« Bien que le plan du dispositif final ne soit pas encore finalisé, il est probable qu’il prenne la forme d’un portique comportant cinq à dix caméras pour reconstituer, au moment du passage de l’animal, une image complète de ce dernier », précise-t-il.

Pour la suite des travaux, FCEL et l’Idele envisagent d’étendre l’utilisation de l’outil à d’autres phénotypes (NEC…), à d’autres âges et filières (bovins laitiers, caprins…).

Lucie Pouchard

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Tendance à la stabilisation des prix

La fin de novembre est traditionnellement peu favorable au commerce de la viande. Avec les promotions du Black Friday, les consommateurs en profitent pour faire leurs achats de Noël. Mais contrairement aux années précédentes où les industriels devaient gérer un trop-plein de disponibilités à cette période de l’année, le déficit structurel de l’offre minimise les tensions dans le secteur aval.