« Moins mais mieux », tel est le titre du rapport que l’ONG a diffusé le 5 mars 2018. Pour Greenpeace, il est urgent d’agir pour lutter contre l’impact des produits animaux sur l’environnement et la santé.

16 kg de viande et 33 kg de produits laitiers par an

Pour cela, il faudrait viser une consommation moyenne au niveau mondial de 16 kg de viande et 33 kg de produits laitiers par personne d’ici à 2050. La consommation actuelle est de 43 kg de viande et 90 kg de produits laitiers au niveau mondial (estimation en 2018), et elle grimpe à 85 kg de viande et 260 kg de fromages en Europe de l’Ouest. Soit l’abattage de 76 milliards d’animaux en 2018, à l’échelle de la planète.

Aller vers un « élevage écologique »

Greenpeace accuse l’élevage intensif, qu’il s’agisse des grandes exploitations hors-sol sur toute la planète, des fermes consommatrices de soja ou des élevages sources de déforestation dans les pays tropicaux, comme au Brésil. L’association propose donc de réorienter les modes de production vers un « élevage écologique », dont il liste les principaux critères dans son rapport, en réorientant les subventions agricoles « vers des entreprises produisant des aliments de façon écologique ».