L’Efsa publie le 19 février 2018 un rapport faisant état de la situation de la dermatose nodulaire contagieuse en Europe. L’agence se félicite de la baisse des épidémies dans les Balkans, principale région concernée par la maladie. Les cas ont dégringolé de 95 % entre 2016 et 2017, passant de 7 483 à 385.

Comment ? Grâce à la vaccination, que l’Efsa recommandait déjà en 2016, convaincue c’est le moyen le plus efficace de contenir la maladie. « Même si le nombre de foyers a diminué de manière significative, la maladie n’a pas encore été éliminée de la région et par conséquent nous devons rester vigilants », tempère Alessandro Broglia, vétérinaire à l’Efsa.

Attention à la chaleur

En 2017, la plupart des foyers ont été signalés dans des régions d’Albanie où le programme de vaccination n’était pas encore achevé. L’Efsa recense deux épidémies en Grèce et quatre dans l’ex-République yougoslave de Macédoine. Elle estime que les températures élevées sont l’un des facteurs responsables de la propagation de la maladie.

D’ailleurs, en Grèce, le risque d’infection serait six fois plus élevé chez les animaux ayant accès à l’extérieur que chez ceux élevés en bâtiment, les premiers étant davantage exposés aux insectes transmetteurs.

Hélène ChaligneJournaliste web