« Pour l’amour de Dieu, Monsieur Macron, n’achetez pas de soja brésilien, comme cela vous ne déforesterez pas l’Amazonie. Achetez du soja en France », a déclaré ironiquement Jair Bolsonaro, le président brésilien le jeudi 14 janvier 2021 dans sa communication hebdomadaire en direct sur les réseaux sociaux.

« Arrêtez de dire des idioties, Macron, vous ne connaissez pas votre pays et vous n’arrêtez pas de donner votre opinion sur le Brésil », a ajouté le président, qui depuis son arrivée au pouvoir en 2019 a eu de nombreux différends avec Emmanuel Macron sur les politiques environnementales.

Macron cherche la cohérence

Mardi, le président français avait préconisé d’augmenter la production de soja en Europe pour être « cohérent avec (nos) ambitions écologiques. Quand on importe du soja qui est fait à marche forcée sur de la forêt détruite au Brésil, nous ne sommes pas cohérents avec nous-mêmes », avait dit Emmanuel Macron dans une vidéo accompagnant un message sur Twitter.

Lors d’une visite dans l’Eure mardi dernier, le 12 janvier 2021, il avait également évoqué le plan protéines français qui doit permettre de garantir l’autonomie protéique française en développant les cultures de soja en France, notamment.

Le Brésil défend sa production de soja

Cette déclaration avait déjà valu à Emmanuel Macron mercredi une réplique du vice-président brésilien Hamilton Mourao. « Monsieur Macron ne connaît rien à la production de soja au Brésil. Notre production de soja se fait dans le Cerrado (région de savane au sud de l’Amazonie, ndlr) ou dans le sud du pays. La production agricole en Amazonie est infime », avait déclaré Hamilton Mourao.

« Macron a relayé les intérêts protectionnistes des agriculteurs français, rien de plus, ça fait partie du jeu politique », avait ajouté Hamilton Mourao, estimant que le discours du président français était adressé à un « public interne ».

En 2019, Jair Bolsonaro avait eu de vifs échanges avec Emmanuel Macron sur les réseaux sociaux après des critiques du président français sur la multiplication des incendies en Amazonie.

> À lire aussi : L’agriculture, la première cause de déforestation selon WWF (14/01/2021)

AFP