Les dirigeants des établissements équestres lancent une alerte dans un communiqué de presse du 5 mai 2020, car « ils doivent faire face à de lourdes charges non modulables » et ils ne savent toujours pas quand ils pourront reprendre leur activité. « Or, la reprise doit s’anticiper du fait de la présence d’animaux et d’accueil du public », précise-t-il.

Des établissements de plein air

Le GHN (Groupement national hippique) rappelle que les centres équestres sont des établissements de plein air avec des bâtiments bien ventilés en raison de leurs dimensions (superficie minimale de 800 m² avec un volume de 4 000 m³) et leur configuration (semi-ouvert).

L’organisation socioprofessionnelle des établissements équestres en appelle « au bon sens et à

la responsabilité du gouvernement » pour apporter des précisions, « dans les plus brefs délais » sur la date de réouverture au public ainsi que sur le protocole sanitaire à mettre en place.

M.-F. Malterre