« L’ESB est une crise sanitaire parmi les plus importantes de l’histoire de l’alimentation moderne, ayant conduit à de profonds changements dans la perception et la gestion des risques alimentaires », estime le CNA.

Dans un rapport de publié le 16 octobre dernier, l’organisme retrace l’ensemble de la période concernée, de la fin des années quatre-vingt avec les premières suspicions au Royaume-Uni, au début des années 2000 avec les derniers cas recensés en France.

Ce document a pour vocation de « tirer les enseignements de la crise de l’ESB pour mieux communiquer auprès des consommateurs sur les risques et les mesures de sécurisation sanitaires ». Il formule 11 recommandations parmi lesquelles :

  • Mieux adapter la coordination interministérielle lors de crises sanitaires en renforçant la dimension européenne et internationale et intégrant les évolutions de la communication ;
  • Favoriser la communication informative hors période de crise sur les modes de production et de transformation agricoles ;
  • Faire progresser la responsabilité collective et individuelle vers une solidarité entre tous les acteurs de l’alimentation lors de communication de crise ;
  • Veiller à ne communiquer sur l’évaluation scientifique du risque que si celle-ci résulte d’une expertise collégiale ;
  • Renforcer la cohérence des messages portés par les différents États membres.