L’aide au stockage privé des viandes était une des mesures phare de Bruxelles prise le 7 mai 2020, pour faire face à la crise des marchés causée par le Covid-19. La Commission européenne a pourtant décidé, le 9 juillet 2020, de suspendre toute présentation de demande d’aide au stockage privé de viande bovine congelée ou réfrigéré issue d’un animal âgé de huit mois ou plus, ainsi que des viandes ovine et caprine.

> À lire aussi : Viande bovine, les demandes d’aide au stockage privé recevables dès le 7 mai (06/05/20)

« Cette mesure a peu fonctionné »

Selon la Commission, l’examen de la situation sur le marché et de l’utilisation du régime d’aide au stockage privé ces viandes « montre qu’il serait judicieux de mettre fin à l’octroi d’aides au stockage privé et de fixer une date de clôture pour la présentation des demandes. »

Pour Bruno Colin, président du conseil spécialisé « Ruminants » de FranceAgriMer, « cette mesure n’a pas eu le vent en poupe, elle a peu fonctionné en viande bovine. En France, 350 tonnes de viande ont été stockées, et 2 500 t à l’échelle européenne. Les abatteurs ont montré leur volonté de rester prudents ».

« Éviter toute spéculation »

Bruxelles indique également voir l’intention de « soumettre pour avis au comité de gestion de l’organisation commune des marchés agricoles le règlement de clôture correspondant. Il est cependant probable que cela entraînera la présentation d’un nombre excessif de demandes relatives à ce régime d’aide. »

Au-delà de la suspension de la présentation des demandes d’aide, le texte prévoit de « rejeter toute demande introduite avant la période de suspension pour laquelle la décision d’accepter la demande aurait été prise pendant la période de suspension ». Pour « éviter toute spéculation », l’arrêté est entré en vigueur le 9 juillet 2020 le jour de sa publication au Journal officiel de l’Union européenne.

> À lire aussi : Crise sanitaire, les marchés peinent à se recaler après le coronavirus (18/06/20)

V. Gu.