La hausse du prix des matières premières, pour les agriculteurs comme pour les transformateurs, inquiète les professionnels du secteur laitier. « Les laiteries doivent supporter une hausse de leurs coûts de production pouvant aller jusqu’à 8 % en un an », avance le Syndilait, qui regroupe la majorité des fabricants de lait de consommation en France, dans un communiqué diffusé le 15 juillet 2021.

À lire aussi : Coût de production, l’élevage pris en étau par la flambée du prix de l’aliment (12/07/2021)

Les 15 entreprises adhérentes du syndicat subissent ainsi « une flambée de l’ordre de +50 % pour les matières premières plastiques et de +20 % pour le carton. » La tension est également forte sur les matières premières laitières. Et si cela ne suffisait pas, « l’allongement des délais d’approvisionnement » pénalise leur fonctionnement.

Mobilisation des consommateurs

En parallèle de cette crise des matières premières, le Syndilait constate que « le prix de vente du lait au consommateur en grande distribution continue de stagner, voire de chuter ».

Il n’en fallait pas plus pour « tirer le signal d’alarme ».

Afin de se sortir de cette mauvaise passe, « les laiteries françaises ont aujourd’hui besoin de l’appui des consommateurs » et demandent à ce que « les distributeurs prennent en compte la réalité des coûts de production dans leurs prix d’achat », estimant que « les consommateurs sont prêts » à suivre une hausse des prix de vente.

Pour Syndilait, l’enjeu est fort puisqu’il s’agit de sauvegarder la souveraineté alimentaire et la vitalité des territoires du pays.

Alexandra Courty