« Pour répandre de la poudre de lait dans les champs, je me suis servi d’une pailleuse, normalement utilisée pour projeter de la paille pour les litières des vaches », a expliqué Sylvain Louis, joint au téléphone par l’AFP. Associé à sa femme et son fils, il élève 300 vaches laitières à Amblimont (Ardennes).

À lire aussi : Crise du Covid-19, les mesures européennes d’urgence sont adoptées (04/04/2020)

Une manifestation en règle

Cette « manifestation confinée », qui respectait les critères de distanciation sociale exigés par la lutte contre l’épidémie de coronavirus, s’est reproduite à l’identique dans des exploitations laitières en Belgique, en Allemagne, en Italie, en Lituanie, au Danemark et au Luxembourg à l’appel de l’European Milk Board (EMB).

« Nous sommes opposés au stockage décidé et financé par la Commission européenne pour régler les problèmes de surproduction liés à la brusque chute de consommation après la fermeture des restaurants, cantines et les blocages des flux d’exportation depuis la mi-mars », a complété le Belge Erwin Schöpges, qui préside l’EMB.

À lire aussi : L’impact du Covid-19 varie d’un bassin laitier à l’autre (20/04/2020)

Pas de stockage privé

Le stockage privé « ne profite qu’aux industriels du lait, aux traders et aux spéculateurs, mais n’aide pas les éleveurs qui voient le prix du lait continuer de chuter », a-t-il affirmé. La Commission européenne vient de dégager 30 millions d’euros pour l’autoriser et le financer pour 90 000 tonnes de poudre de lait, 140 000 tonnes de beurre et 100 000 tonnes de fromages.

« Alors que nos coûts de production sont de 40 centimes par litre, les cours du lait se sont effondrés à 27 centimes », a dit Erwin Schöpges, dont l’exploitation est composée de 50 vaches.

« L’Europe n’apprend rien du passé. À chaque crise, on recourt aux mêmes outils, et ceux qui en profitent sont ceux qui font de la spéculation sur la nourriture », a-t-il lancé.

Sans revenir aux quotas laitiers jugés trop rigides, l’EMB plaide pour une régulation volontaire de la production laitière par les producteurs eux-mêmes dès lors que les cours passent sous le seuil de rentabilité.

AFP