« Il est important de maintenir ces lieux d’échange entre acheteurs et vendeurs, conforte Alain Bretaudeau, le nouveau président de la FMBV, élu le 23 octobre dernier lors de l’assemblée générale de l’organisation. Si nous sommes mieux préparés à cette deuxième vague, les marchés aux bestiaux prennent tout de même un coup à chaque confinement. »

> À lire aussi : Foirails, des marchés aux bestiaux ferment à cause du coronavirus (17/03/2020)

Anciennement responsable du foirail de Cholet, Alain Bretaudeau retrace la première période de confinement. « Nous étions tombés à un apport de 500 bovins après l’annulation de deux séances de vente en mars. Il a fallu du temps pour atteindre de nouveau le seuil des 1 000 bêtes présentes sur le marché. Nous avons à peine retrouvé une vitesse de croisière depuis quatre lundis. »

Rassurer les opérateurs

Alors que le nombre de cas positifs au Covid-19 ne cesse d’augmenter en métropole, l’urgence est de rassurer les opérateurs. « Cela passe par la mise en place de règles barrières d’autant plus strictes et un accès limité aux professionnels », appuie Jérôme Chartron, chef des ventes à Châteaumeillant. Des pompes à pied pour la distribution du gel hydroalcoolique ont par exemple été installées pour limiter le risque de contamination.

S’agissant de l’activité commerciale, « les acheteurs ont répondu présents. En revanche, le marché des bovins, qui s’est tenu le lundi 2 novembre 2020, et celui des ovins, le mardi 3, ont recensé légèrement moins de bêtes que l’an dernier à la même période », poursuit Jérôme Chartron. Est-ce que les apporteurs osent moins se déplacer ? Les prochaines semaines de vente nous le diront.

Du côté des veaux, Jean-Jacques Gendry, responsable du foirail de Château-Gontier, ne perçoit pas de « bouleversements majeurs, sauf en cas de changement de dernière minute. Les acteurs de la filière vont poursuivre les collectes tandis que nous maintiendrons le foirail à disposition pour les rassemblements et les distributions d’animaux. » La vente se déroulera aux heures habituelles le jeudi 5 novembre 2020. En revanche, celle du jeudi 12 novembre sera annulée en raison du jour férié la veille, et non du Covid-19.

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Recul de l’offre en réformes laitières

Les besoins des laiteries sont importants au regard du repli de la production laitière. Les éleveurs sont incités à produire plus et par conséquent à retarder la mise à la réforme de leurs vaches laitières.