« Cette enveloppe de 3 millions d’euros est une reconnaissance des difficultés rencontrées par les éleveurs et leur apportera une petite bouffée d’oxygène dans ces temps très troublés », estime la Confédération française de l’aviculture (CFA), dans un communiqué publié ce lundi 22 mars 2021.

Le syndicat estime toutefois que « les soutiens qui arriveront chez les éleveurs sont loin de couvrir toutes les pertes » et regrette que « les éleveurs d’autres secteurs (volaille standard, volaille de Bresse) ne soient pas concernés ». En effet, cette enveloppe est destinée aux éleveurs de canards, pintades, cailles et pigeons, « particulièrement touchés par la fermeture des restaurants, hôtels et de certains marchés d’exportation ».

Perte de marge brute

Concrètement, l’aide sera accessible aux producteurs « ayant subi au moins 30 % de perte de marge brute sur l’activité avicole totale sur l’année civile 2020 par rapport à l’année civile 2019 », détaille l’association spécialisée de la FNSEA.

Pour les éleveurs qui ont perdu entre 30 et 40 % de leur marge brute, « l’aide correspondra à 20 % du montant de la perte, pour ceux ayant subi plus de 40 % de leur marge brute, elle correspondra à 30 % du montant de la perte ». En cas de dépassement de l’enveloppe de 3 millions d’euros, « un [coefficient] stabilisateur sera appliqué ».

« La situation demeure compliquée »

Malgré ce soutien public, « la situation des éleveurs avicoles et cunicoles demeure compliquée, d’autant plus que les restrictions qui touchent le secteur de la restauration hors foyer ne semblent pas près de s’atténuer », constate la CFA.

Le syndicat tient à rappeler « les difficultés importantes rencontrées également par les éleveurs des autres secteurs qui doivent faire face à une baisse de production (allongement des vides sanitaires) pour pallier également la fermeture de certains marchés. Les secteurs de l’accouvage et de la sélection sont également très touchés. »

Vincent Guyot