L’irrésistible envolée des cours des matières premières agricoles ne faiblit pas. « Entre avril 2020 et avril 2021, l’augmentation des cours atteint 23,5 % pour le tourteau de soja et 24,8 % pour le blé », rapporte le Syndicat national des industriels et professionnels de l’œuf (Snipo), dans un communiqué publié ce mardi 25 mai 2021.

Sur les quatre premiers mois de 2021, l’indice de coût des matières premières entrant dans l’alimentation des poules pondeuses calculé par l’Institut technique de l’aviculture (Itavi) a ainsi augmenté de 25,5 % par rapport à 2020. « Cela représente une hausse de plus de 60 € par tonne d’aliment », appuie le Snipo.

De quoi engendrer « une augmentation du coût de production de plus de 1 centime par œuf, soit 20 centimes par kilogramme d’œuf entier liquide, et ce sur tous les modes d’élevage ».

> À lire aussi : La France s’affirme comme leader européen de l’œuf (20/05/2021)

« Revaloriser » les prix

D’après le Snipo, depuis six mois, les centres d’emballage d’œufs et les fabricants d’ovoproduits « supportent une large part de ces hausses. […] Aujourd’hui, ces entreprises sont en danger. » Pour le syndicat, la revalorisation du prix d’achat des œufs coquille destinés à la grande distribution, aux industries alimentaires et à la restauration hors domicile devient « vitale pour l’ensemble des professionnels de la filière ».

Il demande ainsi une « une indexation du prix de vente des œufs et des ovoproduits sur l’évolution du coût de l’alimentation des poules pondeuses, à travers la prise en compte de l’indice Itavi dans les contrats ». Un dispositif jugé comme étant un « pilier de la loi Egalim. »

« Nouveau rebond » attendu

Car le Snipo estime qu’un « nouveau rebond » des prix des matières premières est attendu. « L’Itavi projette une hausse de l’indice au moins jusqu’à juillet 2021 où il atteindra à nouveau son plus haut niveau historique. »

Le syndicat souligne qu’« à cette situation déjà très inquiétante s’ajoutent des tensions récentes sur le marché des matières premières garanties « non OGM » qui induisent là encore des augmentations de coût. »

Vincent Guyot

(1) calculé par l’Institut technique de l’aviculture (Itavi).