« Nous avons demandé à nos adhérents de suspendre l’ensemble des interventions des conseillers en élevage jusqu’à nouvel ordre, le temps de réfléchir à la mise en place de dispositifs spécifiques permettant de limiter les risques de contamination, explique Gwenaëlle Gain, directrice de France Conseil Élevage (FCEL), à La France Agricole le 23 mars 2020.

Cette recommandation est déjà appliquée par la plupart des entreprises de conseil en élevage (ECEL) depuis la semaine dernière. Dans le cadre du contrôle de performances des animaux « il est difficile, voire impossible, de respecter les règles de distanciation sociales et d’appliquer les gestes barrières », justifie Gwenaëlle Gain.

En production laitière, la collecte des échantillons pourra néanmoins continuer pour les éleveurs équipés de robot de traite ou réalisant eux-mêmes les échantillonnages, sous réserve de disponibilité des laboratoires pour les analyser.

Maintenir le lien

Des travaux ont d’ores et déjà été lancés afin d’évaluer, et d’amoindrir, l’impact de ces reports sur la qualification des animaux et leur indexation. FCEL va également étudier différentes pistes d’adaptation des chantiers pour assurer la sécurité des personnes.

Pour le suivi des croissances des bovins à viande, « il paraît plus simple de respecter les distances de sécurité dans certaines configurations ». En ovins comme en bovins à viande, « les chantiers de pesées seront facilités en cas d’équipement en boucles électroniques mais cela reste rare », note Gwenaëlle Gain.

Si cette suspension des interventions dans les élevages peut avoir un impact sur l’activité de conseil, avec moins de données à analyser, les conseillers vont « maintenir le lien avec les éleveurs au travers des différents outils numériques à disposition : téléphone, mail, applications, logiciels et réseaux sociaux », rassure Gwenaëlle Gain, la directrice du réseau qui compte 82 ECEL adhérentes.

A. Courty
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

La demande de fin de mois se replie

Bien que le week-end prolongé de l’Ascension soit une période favorable à la consommation, le commerce pâtit d’un repli de la demande sur cette fin de mois. Les ménages, qui voient leur pouvoir d’achat impacté par l’inflation, se reportent davantage sur des produits bon marché comme le steak haché. Cela conduit à un rétrécissement annoncé des fourchettes de prix entre les réformes laitières et les races à viande d’entrée de gamme.
Votre analyse du marché - Ovins

Baisse des apports

Sur cette semaine perturbée par le férié de l’Ascension, les volumes sont en repli. La pluie, qui est tombée sur une bonne partie du territoire, permet aux éleveurs de maintenir les agneaux dans les herbages. Du côté de la demande, les besoins en magasins restent mesurés pour la fin du mois.