« Grâce à une mobilisation sans précédent et une solidarité exemplaire, le secteur [des produits laitiers frais] a su simultanément se réorganiser pour assurer l’approvisionnement des Français et continuer à collecter normalement le lait auprès des éleveurs alors que certains débouchés avaient disparu », souligne l’organisation professionnelle spécialisée Syndifrais, dans un communiqué publié le 20 mai 2020.

Alors que l’organisation tirait la sonnette d’alarme lors de son assemblée générale l’an passé, les ventes d’ultra-frais laitier (1) aux ménages ont grimpé de 16,1 % entre le 15 mars et le 19 avril 2020, en volume. En valeur, cette progression se chiffre à 13,9 %. Outre l’ultra-frais, le lait conditionné et le beurre ont également « profité » de la mutation des modes de consommation pendant le confinement mis en place face à l’épidémie de coronavirus.

Compensation temporaire

« Les acteurs des produits laitiers frais se sont adaptés pour pallier la quasi-disparition des débouchés à l’exportation et en restauration », affirme Syndifrais. Une réorganisation « quotidienne », au vu de la faible durée de conservation de l’ultra-frais laitier. « Les industriels ont activé tous les leviers d’adaptation possibles pour faire face à la forte augmentation de la demande : extension des horaires de production, recentrage de la production sur les produits les plus consommés par les Français et adaptation des flux logistiques. »

> À lire aussi : Lait, « Au global, il n’y a pas de problème de débouchés » (14/05/2020)

La collecte des éleveurs laitiers, « maillon essentiel de la souveraineté alimentaire française », a globalement pu être maintenue.

Retour à la normale amorcé

Le taux d’absentéisme des 23 entreprises adhérant au Syndifrais tourne aujourd’hui autour de 10 %, contre 30 % au pic de la crise. « Avec le déconfinement progressif des Français et des impératifs de distanciation sociale, la situation des sites de production mettra plusieurs mois à revenir à la normale », avance le syndicat.

En parallèle, les autres débouchés du lait français, jusque-là malmenés, reprennent progressivement du service. « Le marché de la restauration redémarre progressivement à la faveur du développement fort du click & collect par les restaurants. De même, la réouverture de la restauration collective se prépare activement en collaboration avec les clients. » L’exportation reprend également des couleurs.

A. Courty

(1) Le segment de l’ultra-frais laitier comprend les yaourts, le lait fermenté, les crèmes dessert, la crème fraîche, les fromages blancs et les petits-suisses.