Une « véritable distorsion de concurrence ». C’est ce que dénonce la Fedev (Fédération nationale de l’industrie et du commerce en gros des viandes), dans un communiqué de presse publié le 2 novembre 2020. L’organisation professionnelle de l’industrie et des commerces en gros des viandes y déplore « l’absence de considération pour les entreprises dépendantes de la restauration hors domicile (RHD) et de l’événementiel » qui ont été « arbitrairement exclues de la liste des secteurs économiques fragilisés » pouvant bénéficier de mesures d’accompagnement faisant suite à la mise en place de restrictions sanitaires pour endiguer l’épidémie de Covid-19.

De nouvelles mesures qui pourraient s’avérer « fatales »

Pour rectifier le tir, la Fedev demande au gouvernement « d’intégrer d’urgence » les métiers de la transformation des viandes dans les « mécanismes d’exonérations des charges sociales et fiscales » et « d’accompagnement renforcé du chômage partiel ». À ce jour, seules les entreprises inscrites dans les listes S1 (secteurs soumis à des restrictions) et S1 bis (entreprises dépendant de ces secteurs) peuvent y avoir accès.

Face au reconfinement, la Fedev craint que ce nouveau tour de vis leur soit « fatal » si l’État ne met pas les entreprises de la viande « immédiatement sur un pied d’égalité avec ces autres secteurs ».

Lucie Pouchard