Pour obtenir le feu vert de la Commission européenne, Elanco et la division « santé animale » de Bayer ont proposé de céder « à un ou plusieurs acquéreurs appropriés » certains de leurs produits contre l’otite ainsi que plusieurs types de parasiticides pour les animaux d’élevage et de compagnie.

La concurrence sur les marchés préservée

La Commission européenne craignait une réduction du choix sur ce type de médicaments pour les vétérinaires, les agriculteurs, ainsi que tout propriétaire de chats ou de chiens. Elle s’inquiétait notamment de voir les prix augmenter.

« Avec la cession des produits actuels et en cours en développement […], la concentration peut se poursuivre tout en préservant la concurrence et l’innovation sur ces marchés », a estimé la Commissaire européenne, Margrethe Vestager, citée dans un communiqué.

L’allemand Bayer a annoncé le 20 août 2019 la vente de sa division « santé animale » pour 7,6 milliards de dollars à l’américain Elanco. Il bouclait ainsi une série de cessions visant à resserrer son activité autour de la pharmacie et de l’agrochimie, une stratégie qui avait défrayé la chronique avec le rachat en juin 2018 du géant américain des semences Monsanto.

AFP