FranceAgriMer annonce le 14 juin 2017 qu’un accord a été trouvé avec l’Égypte pour l’exportation de bovins d’engraissement français. Le terrain d’entente a été trouvé lors d’une rencontre bilatérale entre les chefs des services vétérinaires français et égyptiens, durant la session générale de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) le 22 mai 2017.

Les reproducteurs devront patienter

« Ce certificat sanitaire permet le démarrage des exportations françaises, indique FranceAgriMer. En revanche, les autorités égyptiennes ont fait part de leurs réticences à accepter le modèle proposé pour les bovins reproducteurs, arguant du statut de pays à « risque maîtrisé » de la France au regard de l’ESB. Les négociations se poursuivent donc pour faire valoir les garanties apportées par le dispositif sanitaire français et clore cette autre négociation. »

Votre analyse du marché - Bovins maigres

Echanges fluides

La hausse du prix de l’alimentation du bétail inquiète l’ensemble des filières d’engraissement de jeunes bovins en Europe. Malgré l’augmentation des prix à la vente, les coûts de revient peuvent s’avérer bien plus lourds en fonction des types d’atelier ou de leur grosseur. Sur les marchés, les disponibilités sont réduites en cette semaine perturbée par le jeudi de l’Ascension. La faiblesse des apports facilite les échanges dans les broutards et taurillons charolais d’herbe qui ont repris quelques centimes.