Le montant des ventes françaises de céréales, principalement de blé tendre, a augmenté de 72 millions d’euros (+16 %) sur un an. En volume, les exportations de blé progressent de 400 000 tonnes et celles d’orge de 100 000 tonnes. « L’effet de la hausse des quantités exportées est limité par la baisse des prix à l’exportation de 15 % pour le blé tendre et de 12 % pour les orges, observe Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture dans sa note d’Infos rapides publiée le 13 décembre 2019.

À lire aussi : Les blés français restent dans la course mondiale (13/12/2019)

Davantage d’oléagineux importés

Les importations produits agricoles bruts atteignent 1,2 milliard d’euros, augmentant de 51 millions d’euros, soit 4 % par rapport à octobre 2018. « La hausse des importations d’oléagineux, principalement de graines de colza en lien avec une récolte en 2019 en fort recul sous l’effet de la baisse des surfaces, et, à un degré moindre, de fruits est plus particulièrement marquée, respectivement de 40 et 28 millions d’euros. »

Du côté des produits transformés, « les ventes de viandes et de produits animaux progressent de 47 millions d’euros ». Et en particulier celles de viande porcine congelée vers la Chine ou fraîche vers l’Union européenne, qui bondissent de moitié : +37 millions d’euros. Les exportations de produits laitiers augmentent de 29 millions tirées par la demande mondiale en poudre de lait. Certains acheteurs n’ont pas anticipé la hausse du marché après des mois de prix historiquement bas. »

À lire aussi : « Nous sommes dans un contexte de pénurie » de viande porcine (04/12/2019)

Globalement, « en octobre 2019, l’excédent commercial [français] atteint 938 millions d’euros, calcule Agreste. Il recule de 3 millions d’euros par rapport à octobre 2018, les importations progressant légèrement plus (+146 millions d’euros) que les exportations (+143 millions). »

E.R.