Dans un courrier envoyé le 30 novembre 2020 à la présidence de la section caprine d’Interbev, la Coordination rurale (CR) réclame la suspension « immédiate » du prélèvement des cotisations interprofessionnelles pour les chevreaux aux éleveurs naisseurs, « et ce jusqu’au 31 mars 2021, dans l’attente d’une amélioration des cours ».

Le 26 novembre, le syndicat avait déjà annoncé ne plus participer aux réunions interprofessionnelles « prospectives chevreaux » (1) tant que les prix resteraient à des niveaux aussi bas.

À lire aussi : Filière, les engraisseurs de chevreaux sont dans le rouge (23/11/2020)

« Le prix d’achat ne couvre même pas l’alimentation »

« Le prix d’achat de nos chevreaux est d’environ 60 cts/kg, ce qui équivaut à une valorisation par animal d’à peine 2 €, quand ils ne sont pas tout simplement donnés », témoigne François Ferdier, éleveur caprin dans l’Hérault et représentant de la CR à l’interprofession, dans un communiqué diffusé le 1er décembre.

Alors que les seuils de prix pratiqués ne « couvrent même pas l’alimentation et encore moins le temps passé pour les soins », les cotisations « continuent à être prélevées », dénonce François Ferdier. Si la suspension temporaire des cotisations interprofessionnelles « ne résoudra pas la situation », elle permettra une « rétribution de prix aux naisseurs, qui sont tous aujourd’hui en difficulté », estime-t-il.

Lucie Pouchard

(1) Travail pour résoudre durablement l’écoulement des chevreaux à un prix rentable pour tous, y compris pour les naisseurs.

Votre analyse du marché - Ovins

Baisse des apports

Sur cette semaine perturbée par le férié de l’Ascension, les volumes sont en repli. La pluie, qui est tombée sur une bonne partie du territoire, permet aux éleveurs de maintenir les agneaux dans les herbages. Du côté de la demande, les besoins en magasins restent mesurés pour la fin du mois.