« En 2018, le cheptel bovin français est stable par rapport à 2017, souligne le ministère dans la note d’Infos rapides mise en ligne ce 22 mars 2019. En revanche, il se caractérise par une baisse générale des effectifs de bovins de plus de 8 mois et par une hausse du nombre de bovins de moins de 8 mois. »

Moins de laitières et d’allaitantes

Le nombre de gros bovins, ceux âgés de plus de 12 mois, passe de 13,7 millions de têtes à 13,3 millions à la fin de 2018. La chute des naissances observée à l’automne 2017 se traduit aujourd’hui par un recul de 3,2 % des effectifs de bovins de 8 à 12 mois. En revanche, le nombre de bovins de moins de 8 mois se redresse de 13,8 %, rattrapant ainsi presque l’effectif de 2016.

« Le cheptel laitier continue de diminuer mais dans de moindres mesures : 98 000 bovins de races laitières en moins par rapport à 2017, soit 1,3 % de baisse, contre 3,9 % entre 2016 et 2017. L’effectif de vaches laitières baisse de 45 000 têtes, soit –1,3 %. Ce repli concerne quasi tous les départements français. »

Le nombre de vaches allaitantes s’érode lui aussi, avec 59 000 têtes de moins à la fin de 2018 par rapport à 2017. L’effectif de vaches allaitantes se réduit en moyenne pour l’ensemble des départements français, excepté dans les Hautes-Alpes. Mais « contrairement à l’an passé, le cheptel allaitant augmente en 2018 de 0,7 %, du fait de la hausse des effectifs de bovins de moins de 8 mois. »

Cette évolution des effectifs se traduira sur la production bovine française en 2019. « Compte tenu du stock des animaux présents dans les exploitations au 31 décembre 2018 et de la conjoncture actuelle, les prévisions de production de bovins pour la France tablent, pour 2019, sur un recul de la production bovine totale de 2,9 % », estime le ministère.

E.R.