Dans un communiqué du 7 février 2017, la Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux (Modef) appelle au lancement d’un référendum, qui permettrait de donner la parole aux citoyens concernant le Ceta (traité commercial entre l’UE et le Canada).

« Le Ceta serait catastrophique pour les exploitants français », estime le Modef. Pourquoi ? Les droits de douane seraient supprimés et 92 % des biens agricoles seraient concernés, selon le syndicat. « Cette suppression des droits de douane couplée à l’adoption de quotas d’importations de 65 000 tonnes de viande bovine et 75 000 tonnes de viande porcine par an, suscitent de nombreuses inquiétudes dans le contexte actuel de crise de nos filières d’élevage en France », martèle-t-il.

Le Modef craint que des céréales OGM et de la viande hormonée se retrouvent dans nos assiettes. Il souligne le manque de reconnaissance des produits certifiés français. « Or, ce sont plus de 1 400 indications géographiques protégées qui sont actuellement reconnues par l’Union européenne », rappelle-t-il.

Selon le syndicat, en ouvrant les frontières, l’Union européenne va importer aussi le modèle américain et canadien. « Par exemple, les produits laitiers canadiens entreront librement en Europe, sans droit de douane, alors que l’Europe est en pleine crise laitière, s’indigne le Modef.

Une marche devrait être organisée dans les semaines à venir pour dénoncer l’impact du Ceta sur l’agriculture française.