Avec comme porte-parole Manuel Bombard et Anja Hazekamp, deux eurodéputés membres de la Commission d’enquête sur la protection des animaux pendant le transport, Welfarm et Animals International signalent, dans une vidéo diffusée ce jeudi 30 juillet 2020, le transport des animaux au port de Sète.

Les quatre représentants plaidant pour la cause animale « réclament d’une même voix la révision de la réglementation sur le transport des animaux et l’arrêt des exportations hors de l’Union européenne », indique un communiqué de Welfarm publié le même jour.

> À lire aussi : Bien-être, tir groupé contre le transport à longue distance (16/06/2020)

Le port de Sète, un suivi de longue date

« Après avoir dénoncé les transports sous de fortes chaleurs, l’absence totale de contrôles à bord des cargos et l’incapacité de la France à assurer un minimum de protection aux animaux qu’elle exporte, Welfarm et Animals International se sont rendus au port de Sète (Hérault) pour assister au chargement de deux cargos bétaillers », déclarent les ONG. Dans leur viseur : le Mariona et le Blue Moon, deux bateaux embarquant des bovins en direction de l’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient.

« Nous sommes venus à Sète, année après année, pour documenter les mauvaises pratiques au sein du port, explique Gabriel Paun, directeur pour l’Europe d’Animals International. Les autorités clament depuis toujours que tout s’y passe à merveille. Pourtant, à chaque fois, nous avons constaté des infractions. Tel qu’il est conçu actuellement, le règlement sur le transport des animaux ne garantit pas le respect du bien-être des animaux. Mais aussi insuffisant soit-il, il n’est toujours pas respecté. » Les organisations non-gouvernementales (ONG) dénoncent ici le transport du bétail sous plus de 30 degrés Celsius, les « coups systématiques » infligés aux animaux sur la passerelle de chargement et la vétusté des cargos de marchandises.

Une enquête est en cours

Depuis juin dernier, une Commission d’enquête sur la protection des animaux pendant le transport a été créée. Son but est « d’examiner la mise en œuvre et l’application de la réglementation européenne ». « Il est de notre rôle de parlementaires de venir constater sur le terrain les conditions réelles dans lesquelles sont transportés les animaux, indique Manuel Bompard dans le communiqué. À partir de ces observations, nous allons faire des propositions et nous battre pour que la réglementation évolue et soit enfin appliquée. »

> À lire aussi : Cause animale, une application pour espionner le transport d’animaux (06/07/2020)

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Hausse inattendue dans les laitières

En femelles allaitantes, les cours sont reconduits. Du côté des réformes laitières, l’offre de la semaine se montre insuffisante pour satisfaire la demande, ce qui oblige les industriels à accorder quelques plus-values dans les bonnes vaches prim’holsteins, normandes et montbéliardes. Cette position inédite à cette saison reflète un marché en tension au niveau de l’offre, face à une demande soutenue en production laitière. En jeunes bovins, les besoins sur le marché intérieur comme à l’exportation restent soutenus.