Le 19 septembre 2019, l’Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes (Interbev) avait publié un accord déterminant les modalités du suivi qualité du classement, du marquage, de la pesée et de la présentation des carcasses de bovins de 8 mois ou plus ainsi que la circulation des informations d’abattage. À cette occasion, la structure Normabev avait été désignée pour la gestion des données et la mise en pratique des mesures prévues par l’accord.

Harmoniser le système de classement des carcasses

1 000C’est le nombre de carcasses de bovins qui font l’objet de réclamations.

L’accord interprofessionnel, qui vient d’être étendu à l’ensemble des opérateurs de la filière par un arrêté paru au Journal officiel le 4 janvier 2020, indique que les éleveurs de bovins disposent désormais des informations d’abattage de leurs animaux (poids et classement notamment) dès le lendemain de l’abattage à 7 heures. Quant aux abatteurs, ils doivent transmettre les informations d’abattage à Normabev le jour de la tuerie, au plus tard à 22 heures.

Par cet accord interprofessionnel, Interbev souhaite « favoriser l’établissement de relations commerciales basées sur un système de classement et de marquage impartial et harmonisé nationalement, permettant aux opérateurs de travailler, avec ou sans l’aide d’une machine à classer, dans un climat de totale confiance », d’après son communiqué de presse.

Normabev en charge des réclamations des éleveurs

« Chaque année, environ 1 000 carcasses font l’objet de réclamations, avec un impact parfois non négligeable sur les prix payés aux éleveurs », relève Agra Presse le mardi 7 janvier 2020. Ainsi, les mesures de l’accord conclu au sein d’Interbev permettent à Normabev de traiter les réclamations même « dans le cas où la carcasse n’est plus entière et si la demande de réclamation a été faite dans les 24 heures après la mise à disposition des informations ».

Lucie Pouchard