« En mai, avec 61 000 têtes, les abattages de vaches laitières sont en repli de 4,6 % sur un an, calcule le ministère de l’Agriculture dans sa dernière note d’Infos rapides mise en ligne le 29 juin 2018. Les abattages de vaches allaitantes continuent, quant à eux, à progresser. Avec près de 64 000 têtes, ils dépassent de 8 % le niveau de 2017. »

Cette augmentation des disponibilités pèse sur les prix. « En mai 2018, à 3,23 €/kg carcasse, le cours moyen des vaches de type O est en repli de 1,8 % par rapport à 2017. Le cours de la vache R reste en deçà de 2017. En moyenne, à 3,74 €/kg carcasse, il est en repli de 3,5 % sur un an. » Les abattages (–6 %) et les cours des mâles de 8 à 24 mois sont également en dessous de leur niveau de 2017.

Des exportations de broutards dynamiques

Concernant le maigre, avec plus de 86 000 têtes, les exportations de broutards en avril dépassent de 5,5 % le niveau de 2017. « Cette augmentation résulte de la hausse de près de 11 % des ventes de gros bovins mâles et de 1,7 % des ventes de génisses, détaille le ministère. Les ventes de broutards légers sont de leur côté en retrait de 1 %. »

Jusqu’en avril, la demande algérienne en bovins mâles lourds semblait se confirmer. « Sur le mois, les ventes de ce type d’animaux vers l’Algérie ont atteint 6 700 têtes ». La découverte d’un foyer de fièvre aphteuse pourrait rebattre les cartes : Alger vient de fermer ses frontières aux importations de bovins vivants.