Sur le premier trimestre, les abattages de vaches allaitantes s’envolent de 8 % par rapport à la même période de 2018 alors que ceux de laitières progressent de 1,7 %. Si le prix moyen des vaches O reste au niveau de 2017, celui des R, à 3,70 €/kg, se replie de 3,9 % sur un an et de 8 % par rapport à sa moyenne quinquennale (2013-2017). « L’afflux des animaux dans les abattoirs pèse sur les cours », constate le ministère de l’Agriculture dans sa note d’Infos rapides mise en ligne le 27 avril 2018.

Moins de mâles disponibles

Sur le marché des mâles, le manque de disponibilité soutient le marché. « En mars 2018, les abattages de mâles de 8 à 24 mois sont en retrait de près de 4 % en têtes et de 3,6 % en poids, sur un an, constate le ministère. À 3,89 €/kg de carcasse en moyenne, le cours des jeunes bovins de type R se rapproche du niveau de 2017, tout en restant supérieur de 3 %. En mars 2018, les abattages de veaux de boucherie sont en hausse sur un an, de 3 % en têtes et de 4 % en poids. »

Sur le marché du vif, les exportations de bovins vivants finis reculent. « Pour le cinquième mois consécutif, les ventes vers les pays tiers sont en net repli, ne représentant plus que 10 % des exportations totales de bovins vivants finis, contre 33 % en 2017 », souligne le ministère. Quant aux ventes de broutards à l’étranger, elles chutent de 11 % sur un an, en février : toutes les catégories de poids sont touchées. Le manque de disponibilités et les contraintes liées à la FCO expliquent ce recul.