Totalisant près de 96 200 têtes, les exportations de broutards affichent une baisse de 10,4 % en janvier 2021 par rapport à 2020. Sur cette période, les ventes vers l’Italie, l’Espagne et l’Algérie se replient, d’après la note d’Infos rapides d’Agreste publiée le 26 mars 2021.

« Cette baisse peut en partie s’expliquer par la différence de nombre de jours ouvrés entre 2020 et 2021, relate Alix Gérardin, de l’Idele. Il est à noter qu’en 2020, il y avait un jeudi et un vendredi de plus qu’en 2021. Or les animaux sont majoritairement exportés en fin de semaine. »

La demande algérienne en berne

D’après Agreste, « le repli des exportations de bovins maigres au mois de janvier correspond à une baisse de 4,3 % des ventes vers l’Italie. Les ventes de broutards mâles lourds et de broutards légers vers ce pays reculent respectivement de 8,9 % et 10,1 %. » A contrario, les envois de femelles augmentent de 12,4 %.

D’après les données des Douanes, la demande espagnole en broutards légers baisse également sur cette même période.

Du côté des pays tiers, les envois de broutards mâles lourds se sont effondrés (–68 %) en janvier 2021, comparativement aux exportations records de janvier 2020. La suspension des importations de génisses laitières par les autorités sanitaires algériennes depuis la fin du mois de décembre 2020 constitue un frein aux envois. En effet, « ces génisses permettaient de compléter les bateaux et de les faire partir plus rapidement », rapporte l’Idele.

Lucie Pouchard

Pour rappel, « des écarts entre la base de données nationale d’identification animale (BDNI) et les Douanes françaises peuvent être constatés [en nombre de têtes] car les critères de caractérisation des animaux [type, âge, poids] sont différents entre les deux sources », rappelle FranceAgriMer.

Votre analyse du marché - Bovins maigres

Les pays tiers tiennent le marché