Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les abattages se replient en septembre

Bovins
 - Les abattages se replient en septembre
© H. Chaligne/GFA

Le ministère de l’Agriculture souligne qu’en septembre 2016, les abattages de bovins sont inférieurs de 5 % en têtes et de 4,5 % en poids à ceux de 2015. Pour la première fois en 2016, les importations de viande bovine progressent.

Toutes les catégories de bovins ne sont pas touchées par ce repli, indique la note d’Infos rapides publiée par Agreste, le service de la statistique du ministère, le 25 octobre 2016. « Avec plus de 197 000 têtes, le nombre de vaches et génisses abattues corrigé des variations journalières (CVJA) dépasse de 1,3 % le niveau de 2015, détaille Agreste dans sa note. En poids, l’augmentation atteint 2,7 %. Sur les neuf premiers mois de l’année, les abattages CVJA de femelles de plus d’un an dépassent de près de 2,7 % leur niveau de 2015. »

13 % de taurillons en moins

Quant aux abattages de taurillons, toujours corrigés des variations journalières, ils reculent de 13 % en têtes et en poids. « Le manque d’animaux explique ce repli, analyse le ministère. Malgré cette baisse des disponibilités, les cours des jeunes bovins restent bas, pénalisés par ceux des vaches toujours en retrait. » Quant aux abattages de veaux de boucherie, alors qu’ils progressent traditionnellement en septembre, ils sont cette année en baisse de 10 % en têtes et en poids par rapport à 2015.

Dans ce contexte, la production totale bovine s’établit à près de 479 000 têtes en août 2016 (−0,8 %). Sur les huit premiers mois de 2016, elle est quasi stable par rapport à 2015 (−0,1 %). « En août, avec plus de 382 000 têtes, la production de bovins finis est inférieure de plus de 1 % à 2015, souligne Agreste. La hausse des importations concerne des achats de veaux, essentiellement en Belgique. Sur les huit premiers mois de 2016, les exportations et les importations de bovins vivants finis sont en repli. »

Baisse saisonnière des prix des vaches O

Du côté des prix, le cours moyen de la vache O « entame sa baisse traditionnelle à partir de la fin d’été ». En septembre 2016, à 2,99 €/kg de carcasse, il est inférieur de 13 % à son niveau de 2015 et de 12 % à la moyenne des mois de septembre de la période 2011-2015. L’afflux de vaches dans les abattoirs continue ainsi à peser sur les cours. Le cours moyen du jeune bovin atteint 3,55 €/kg, soit 4 % de moins qu’en 2015 et 5 % en dessous que sa moyenne quinquennale.

Éric Roussel

Les exportations de broutards reculent en août
© E. Roussel/GFA
© E. Roussel/GFA

Les exportations de broutards ont reculé de 3 % en août par rapport à 2015, pour atteindre près de 81 000 têtes. « Ce repli concerne les ventes de bovins maigres légers, de 160 à 300 kg vifs conséquence de la fermeture du marché turc, détaille Agreste. Par contre, les ventes de broutards lourds, de plus de 300 kg vifs, progressent de 26 % vers l’Italie. Dans le même temps, des ventes de broutards lourds vers l’Algérie sont également présentes. »

La FCO pèse sur le commerce avec la Turquie

Sur les huit premiers mois de 2016, les ventes de broutards à l’étranger sont 1,3 % en dessous de leur niveau de 2015. Pourquoi ? À cause de la fermeture du marché turc (−55 000 têtes), les envois vers l’Italie et l’Algérie progressant de 29 000 têtes et 11 000 têtes. En septembre, le marché du broutard reste perturbé par les conséquences de la FCO et son impact sur certaines destinations.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !