« En avril 2021, les abattages de bovins sont en hausse de 2,1 % en têtes et de 1,8 % en poids », observe Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans sa note d’Infos rapides mise en ligne le 28 mai 2021. Seuls les abattages de vaches laitières de réforme, totalisant 67 550 têtes, se rétractent de 3 % sur un an.

À lire aussi : La hausse du prix du lait se fait attendre (01/06/2021)

Du côté des vaches allaitantes, les volumes abattus, estimés à 60 739 têtes, restent sur une dynamique haussière en avril (+1,2 % par rapport à 2020). En cumul depuis le début de l’année, leurs abattages enregistrent une hausse de 2,6 % sur un an « pouvant laisser présager une décapitalisation du cheptel », analyse Agreste.

À lire aussi : La demande française soutient les prix des vaches (31/05/2021)

Plus de bovins mâles et de veaux de boucherie abattus

Les abattages de bovins mâles de 8 à 24 mois dépassent, quant à eux, de 5,9 % en têtes, et 6,3 % en poids, les niveaux d’avril 2020.

Les abattages de veaux de boucherie progressent de 2,1 % par rapport à avril 2020, période à laquelle la demande s’était rétractée en raison du premier confinement. « Ils restent toutefois en net retrait par rapport à la moyenne quinquennale », indique Agreste.

> À lire aussi : Viande bovine, toujours plus de vaches allaitantes à l’abattoir (03/05/2021)

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

L’offre restreinte permet une bonne tenue des cours

Dans les races à viande, le commerce gagne en fluidité. En réformes laitières, après une semaine dédiée aux moissons, les disponibilités pour les abattoirs accusent une forte baisse alors que la demande reste régulière.