« En mai 2021, les abattages de bovins sont quasi stables sur un an, constate Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans sa note d’Infos rapides publiée le 25 juin 2021. Ceux de vaches laitières augmentent, de 1,2 % en têtes, mais ceux de vaches allaitantes reculent, de 3 %. »

À lire aussi : La demande française soutient les prix des vaches (31/05/2021)

L’inverse sur les cinq premiers mois de 2021

En cumul sur les cinq premiers mois de l’année, comparativement à la même période l’an dernier, c’est l’inverse. Les abattages de vaches allaitantes progressent de 1,5 % en têtes quand ceux de vaches laitières baissent de 1,7 %.

À lire aussi notre dossier Les marchés aux bestiaux, un poumon économique à préserver (16/06/2021)

Du côté des mâles, les abattages d’animaux de 8 à 24 mois dépassent largement leur niveau de mai 2020 : de 7,6 % en têtes et de 8 % en poids. Pour ceux de plus de 24 mois, c’est le contraire : – 5,8 % en têtes et – 5,3 % en tonnage. En cumul sur cinq mois, ils augmentent pour les deux catégories.

Quant aux veaux de boucherie, ils sont moins nombreux dans les abattoirs en mai 2021, « dans le contexte du troisième confinement », précise Agreste : – 2,7 % en têtes et – 3,3 % en poids. En cumul sur les cinq premiers mois de l’année, le bilan est légèrement négatif (–0,5 % et – 0,4 %).

À lire aussi : Les pistes du CGAAER pour sortir la viande bovine française de l’impasse (27/05/2021)

Éric Roussel