Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les abattages de vaches sont restés stables en octobre

réservé aux abonnés

Bovins de boucherie - Les abattages de vaches sont restés stables en octobre
En octobre 2020, « les abattages de vaches laitières et de vaches allaitantes se maintiennent en têtes et augmentent en poids sur un an », rapporte Agreste. © Michel Joly

Les abattages de vaches laitières et allaitantes se sont maintenus en octobre 2020 en têtes, mais ont progressé en tonnage par rapport à 2019. Ceux de bovins mâles de 8 à 24 mois progressent de 3,4 % et ceux de veaux de boucherie de 0,3 %. Bilan, les abattages de bovins affichent une hausse de 1,4 % en têtes et de 2,7 % en poids par rapport à l’an dernier.

En cumul sur les dix premiers mois de l’année 2020, les abattages de vaches laitières progressent de 1,7 % sur un an tandis que ceux de vaches allaitantes reculent de 0,8 %, « traduisant une modification des modes de consommation », estime Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture dans sa note d’Infos rapides mise en ligne le 27 novembre 2020.

À lire aussi : Bovins de boucherie, les abattages de vaches laitières augmentent toujours en septembre (26/10/2020)

La production de bovins finis recule

La production de bovins finis, qui totalise 383 000 têtes en septembre 2020, se replie de 2 % sur un an. « Toutes catégories confondues, les abattages de bovins sont en retrait », d’après les chiffres du ministère de l’Agriculture.

Source : Agreste et Direction générale des douanes et droits indirects

En cumul de janvier à septembre 2020, la production de bovins finis chute de 16 % par rapport à celle de 2019 sur la même période, en raison « du repli des abattages de bovins mâles (–1,3 %) et de veaux de boucherie (–5,4 %), les abattages de vaches et génisses étant en hausse. »

Lucie Pouchard
Des exportations de broutards qui se maintiennent

En septembre 2020, La France a exporté 105 000 broutards, un niveau stable par rapport à 2019.

« Les ventes vers l’Italie dépassent de 8,7 % le niveau de 2019, observe Agreste dans sa note de conjoncture parue le 27 novembre 2020. Cette hausse concerne les ventes de bovins mâles lourds (+19,8 %) alors que celles de femelles de plus de 300 kg et de broutards légers reculent respectivement de 12,7 % et 9,7 %. »

Les envois vers l’Espagne et l’Algérie se replient

En revanche, les exportations vers le marché espagnol chutent de 21,4 %, toutes catégories confondues. Les envois vers l’Algérie reculent également de 27,9 % sur un an.

« Depuis le début de l’année 2020, les exportations totales de broutards sont inférieures de 36 000 têtes (soit – 4,2 %) au niveau de 2019 », reprend Agreste.

Des exportations de broutards qui se maintiennent

En septembre 2020, La France a exporté 105 000 broutards, un niveau stable par rapport à 2019.

« Les ventes vers l’Italie dépassent de 8,7 % le niveau de 2019, observe Agreste dans sa note de conjoncture parue le 27 novembre 2020. Cette hausse concerne les ventes de bovins mâles lourds (+19,8 %) alors que celles de femelles de plus de 300 kg et de broutards légers reculent respectivement de 12,7 % et 9,7 %. »

Les envois vers l’Espagne et l’Algérie se replient

En revanche, les exportations vers le marché espagnol chutent de 21,4 %, toutes catégories confondues. Les envois vers l’Algérie reculent également de 27,9 % sur un an.

« Depuis le début de l’année 2020, les exportations totales de broutards sont inférieures de 36 000 têtes (soit – 4,2 %) au niveau de 2019 », reprend Agreste.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !