« En novembre 2017, les abattages totaux CVJA (1) de bovins dépassent de 1,1 % en têtes et de 2,4 % en poids ceux de 2016, détaille la note d’Infos rapides du ministère mise en ligne à la fin de décembre 2017. En repli depuis juin 2017, avec plus de 93 000 têtes, les abattages totaux de vaches laitières progressent en novembre de 4,7 %, sur un an. Ceux de vaches allaitantes progressent de près de 10 %, atteignant près de 70 000 têtes. »

Moins de laitières

Sur les onze premiers mois de l’année, la tendance est différente. Les abattages de vaches laitières reculent de 3,6 % alors que ceux de vaches allaitantes bondissent de 5 %. Quant à ceux de mâles de 8 à 24 mois, ils sont de nouveau en retrait en têtes, de 5,2 % par rapport à 2016. La situation est identique pour les veaux de boucherie, avec un repli de 4,2 % en têtes et de 3,4 % en poids par rapport à novembre à 2016.

Sur le front du maigre, avec plus de 103 000 têtes exportées en octobre, les expéditions de broutards dépassent de 5,5 % leur niveau de 2016. Celles de sujets lourds, qui représentent les trois quarts de nos exportations, bondissent de 6,5 % avec un quasi-maintien pour les mâles (–0,6 %), et une envolée pour les femelles (+30 %). Cette hausse concerne aussi les animaux légers : plus de 23 000 têtes (+2,1 %). Sur les dix premiers mois de l’année, les exportations de broutards sont en hausse de 1,3 %.

+15,5% de viande exportée

« Avec plus de 22 000 tec, les exportations de viande bovine sont en hausse de 15,5 % par rapport à 2016, souligne le ministère. Elles ont été multipliées par 2 vers la Belgique pour atteindre 2 500 tec et se sont quasi maintenues vers les principaux clients que sont l’Italie, l’Allemagne et la Grèce. En revanche, elles ont nettement progressé vers les pays tiers, et plus particulièrement vers la Turquie (+1 400 tec). Sur les dix premiers mois de l’année, elles sont en hausse de 1,5 %. »

Les importations de viande bovine augmentent elles aussi en octobre 2017 pour atteindre 28 000 tec (+ 8 %). Celles en provenance des principaux pays fournisseurs de la France progressent : Pays-Bas (+10,5 %), Irlande (+35 %), Allemagne (+1,4 %). « Néanmoins, sur les dix premiers mois de l’année, elles sont en retrait de 2,4 %. Au total, le déficit du commerce extérieur de viande bovine se réduit en octobre et sur l’ensemble de l’année. »

(1) coefficients de variation journalière d’abattage.

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Les prix se stabilisent

Après une progression ininterrompue des cours depuis un an, une tendance à la stabilisation se dessine dans l’ensemble des pays de l’Union européenne. Les niveaux de prix répercutés sur les étals commencent à être un frein à la consommation, surtout sur les fins de mois. De plus en plus de parties arrière passent au hachoir, y compris dans les races à viande. L’écart de prix entre les réformes laitières et les allaitantes d’entrée de gamme rétrécit. Ces dernières sont recherchées, en raison d’un rendement carcasse plus favorable.
Votre analyse du marché - Bovins maigres

Echanges fluides

La hausse du prix de l’alimentation du bétail inquiète l’ensemble des filières d’engraissement de jeunes bovins en Europe. Malgré l’augmentation des prix à la vente, les coûts de revient peuvent s’avérer bien plus lourds en fonction des types d’atelier ou de leur grosseur. Sur les marchés, les disponibilités sont réduites en cette semaine perturbée par le jeudi de l’Ascension. La faiblesse des apports facilite les échanges dans les broutards et taurillons charolais d’herbe qui ont repris quelques centimes.