Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le coronavirus tend les relations entre éleveurs et commerçants

réservé aux abonnés

Bovin maigre - Le coronavirus tend les relations entre éleveurs et commerçants
La Fédération française des commerçants en bestiaux affirme que « les cours des bovins vifs destinés à l’exportation vers l’Italie ne font pas l’objet d’une baisse intentionnelle des prix ». ©Cédric Faimali/GFA

Dans un communiqué diffusé le mardi 10 mars 2020, la Fédération française des commerçants en bestiaux (FFCB) assure la volonté des opérateurs commerciaux de « maintenir les échanges avec l’Italie » et dément toute « baisse intentionnelle des prix afin de profiter de quelconque opportunité malsaine ».

Le climat est lourd sur le marché du bovin maigre. « Je suis en contact tous les jours avec des éleveurs, des négociants, des exportateurs. Et il ne s’en passe pas un sans qu’on me rapporte plusieurs fois le cas d’acheteurs disant aux éleveurs : “Vous savez, l’Italie va fermer ses portes. Alors il faut me vendre tout de suite, et moins cher.” », déclare Rolland Pellenard, président de l’organisation de producteurs Opalim le 4 mars 2020, dans les colonnes du Populaire du Centre. Il indique également qu’« il n’y a pas, à ce jour, de mesures sanitaires en Italie qui interdisent aux broutards de rejoindre les zones d’engraissement ».

« Mesures sanitaires d’interdiction d’accès » en Italie

Dans un communiqué publié le mardi 10 mars 2020, la Fédération française des commerçants en bestiaux (FFCB) dément. « Des mesures sanitaires d’interdiction d’accès à certaines municipalités italiennes ont été mises en place dès le 25 février 2020 par les autorités italiennes et relayées par nos services sanitaires français auprès des opérateurs de la filière. Dès cette date, 11 municipalités ont été concernées. »

« Maintien des cours en dépit des difficultés »

Par ailleurs, la FFCB affirme que « jusqu’à ce jour, les cours des bovins vifs destinés à l’exportation vers l’Italie ne font pas l’objet d’une baisse intentionnelle des prix afin de profiter d’une quelconque opportunité malsaine Les cotations nationales confirment bien un maintien des cours en dépit des difficultés jusqu’à présent. »

Lucie Pouchard

Article mis à jour : ajout de l’encadré ci-dessous (nouvelles informations sur l’Italie transmises par le ministère de l’Agriculture).

« Les échanges avec commerciaux avec l’Italie se poursuivent »

« Par décret du Président du Conseil du 9 mars, le gouvernement italien a adopté des mesures de restriction importantes sur son territoire pour contenir la progression de l’épidémie de coronavirus », indique le ministère de l’Agriculture, dans un communiqué publié ce mercredi 11 mars 2020.

Pour autant, le ton se veut rassurant, rue de Varenne. « Les transports professionnels de marchandises à destination de l’Italie restent possibles, en particulier des produits agroalimentaires et des animaux vivants, sous réserve du respect par les transporteurs de certaines exigences (une auto déclaration doit être présentée aux forces de l’ordre en cas de contrôle, permettant de justifier de la circulation en Italie). »

Par ailleurs, FranceAgriMer met à disposition des opérateurs sur son site internet un certain nombre d’informations à destination des opérateurs.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !