À la demande du ministère de l’Agriculture, les services de l’État ont poursuivi leurs investigations dans le couvoir produisant des canetons pour la production de foie gras, incriminé par L214. La préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce dans un communiqué de presse diffusé le vendredi 21 août 2020, avoir constaté « d’autres non-conformités au plan sanitaire et en matière de protection animale » ? Le préfet a donc « décidé de mettre en demeure l’exploitant et de suspendre toute activité » sur le site de Lichos (Pyrénées-Atlantiques), indique le communiqué de la préfecture.

Julien Denormandie a relayé l’information sur son compte Twitter vendredi soir. « Je le dis : cet exploitant ne représente en rien l’élevage français, assure le ministre de l’Agriculture dans son tweet. Des bâtiments n’étaient pas déclarés. Une procédure judiciaire est ouverte. »

Les services vétérinaires en action

Les investigations ont été étendues à l’ensemble des sites d’élevages détenus par cet exploitant, et en particulier dans les Landes. « Ces contrôles ont permis de constater l’existence d’un site non-déclaré et d’un site déclaré sans activité mais dont l’état d’abandon fait peser des risques sanitaires et pour l’environnement, détaille la préfecture des Landes dans son communiqué. Ces deux sites font l’objet d’une mesure de fermeture administrative, sans préjudice des suites judiciaires éventuelles. »

Rosanne Aries et Éric Roussel