« Aujourd’hui les Français, et je les comprends, ne supportent plus les pratiques que supportaient nos grands-parents. Dans ces pratiques qu’il faut faire évoluer, les choses doivent prendre un peu de temps. Ce n’est pas du pas du jour au lendemain », avançait Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, le dimanche 17 novembre 2019 sur le plateau du Grand Jury RTL-Le Figaro-TF1/LCI.

« Il faudra une anesthésie »

« La castration à vif des porcelets sera interdite en 2021 […], à la fin de l’année 2021 », poursuit le ministre. Le calendrier semble flou. « On verra la décision qui sera prise. Mais à la fin de 2021, on arrêtera la castration des porcelets à vif, il faudra faire autre chose, il faudra une anesthésie. »

La castration à vif semble ainsi faire partie des mesures sur lesquelles « le gouvernement est déterminé. » Pour sa défense, Didier Guillaume assure en avoir « parlé avec l’ensemble des professionnels et avec les associations welfaristes, qui voudraient que cela aille beaucoup plus vite ».

V. Gu.