« Intox, la pénurie de beurre n’existe pas », ou encore « si ce rayon est vide, c’est que ce magasin ne veut pas payer le beurre à son juste prix ! » Tels sont les messages que délivrent les tracts distribués par les éleveurs aux consommateurs, jeudi dernier, dans les grandes surfaces de l’Ille-et-Vilaine et de la Sarthe.

« Nous ne voulons pas être les boucs émissaires des relations commerciales tendues entre les transformateurs et les distributeurs », affirme Frédéric David, président de la section laitière à la FDSEA de l’Ille-et-Vilaine. « Les distributeurs doivent prendre en compte la hausse du marché du beurre », renchérit Pascal Clément, le président de la section laitière de la FRSEAO (1).

Des consommateurs compréhensifs

« Les consommateurs ont bien accueilli notre action et nos messages, poursuit Pascal Clément. Beaucoup ne comprennent pas pourquoi nous, producteurs, n’avons pas de répercussions de la hausse du prix du beurre sur notre paie de lait. »

Pour le syndicaliste, « il y a moyen de faire vivre tout le monde dans la filière laitière, à condition de mieux répartir la valeur. Ce que nous attendons, c’est que le discours du président de la République soit mis en action concrètement, c’est-à-dire, construire le prix du lait en partant du producteur. »

V. Gu, avec l’AFP

(1) Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles de l’Ouest.