1 600 000 tC’est le volume d’aliments composés et de mash produit par les fabricants français en novembre 2019.

Les fabricants français d’aliments composés ont donc produit près de 1,6 million de tonnes de marchandise en novembre 2019, selon la note de conjoncture diffusée par La Coopération Agricole nutrition animale (ex-Coop de France nutrition animale) et le Snia, le 16 janvier 2020. Le repli de la demande touche toutes les filières animales.

Moins de volumes : la filière bovine dans le rouge

Avec un volume de 322 000 tonnes, le secteur des bovins enregistre la chute la plus importante : 7,8 %. Les fabrications destinées aux vaches laitières se replient de 7 % pour atteindre 226 900 tonnes. La production de mash connaît elle aussi un revers à 70 300 tonnes. Elle s’établit 11 % en dessous de son niveau de l’an dernier.

À lire aussi : Viande bovine, la FNB décrète l’état d’urgence pour les éleveurs (15/01/2020)

La production d’aliments composés pour bovins essuie un recul de 7,8 % sur un an en novembre 2019. © La Coopération Agricole nutrition animale et Snia

« Du côté des volailles, la baisse s’affirme davantage (–4,2 %), sous l’impact des aliments pour dindes (–7,5 %) et palmipèdes (–11 %) », rapportent La Coopération Agricole nutrition animale (ex-Coop de France nutrition animale) et le Snia. Les volumes destinés aux poules pondeuses échappent à la baisse (+1,9 %) dans le secteur avicole.

À lire aussi : Les abattages de volailles progressent (14/01/2020)

Dans les viandes blanches toujours, le repli des fabrications d’aliments composés pour la filière porcine atteint 2,9 % par rapport à novembre 2018, pour un volume total de 397 000 t. Les aliments pour porcelets (–4,6 %) et truies (–5,7 %) restent les catégories les plus touchées par cette baisse. Quant au secteur du lapin, il enregistre un recul de 8,2 % sur un an.

Un début de campagne difficile

« Sur les cinq premiers mois de la campagne de 2019-2020, l’activité globale régresse de 0,4 %. Les aliments pour porcs et volailles progressent respectivement de 1,4 % et de 0,1 %. En revanche, les [volumes pour les] bovins reculent de 3,3 % et les mash baissent de 2,4 %. Ceux pour ovins caprins enregistrent une très légère baisse (–0,5 %). »

La production d’aliments du bétail sur les onze premiers mois de l’année est devenue négative en novembre par rapport à la même période de 2018. © La Coopération Agricole nutrition animale et Snia

Encore en progression lors du bilan précédent, la production cumulée depuis le début de l’année 2019 passe dans le rouge, à –0,3 % :

  • La baisse atteint 1 % pour les bovins (–0,9 % pour les vaches laitières) ;
  • La progression des volumes pour les porcs se stabilise à 0,6 %, poussée par le segment des porcs à l’engraissement » (+1,7 %) ;
  • Les fabrications pour les volailles se replient de 1,1 % (–1,0 % pour les poulets, –3,5 % pour les dindes et –2,3 % pour les palmipèdes), « cette baisse étant atténuée par la hausse en pondeuses (+0,5 %) ;
  • Le segment du mash progresse de 4,5 % avec 787 300 tonnes fabriquées.
E.R.