« Le faible paiement du lait est préoccupant, essentiellement au cours des premières années d’installation où les exploitations sont fragiles et nécessitent de forts investissements, estime JA. La situation commence déjà à dissuader l’installation de jeunes dans cette filière. Une diminution du nombre d’installation en lait sur le territoire Auvergne Rhône-Alpes est déjà ressentie. »

Pendant cinq ans après l’installation

346 € par 1 000 l

Alors comment encourager les repreneurs ? Avec un prix plancher du lait, propose JA Auvergne Rhône-Alpes, estimé à 346 €/1 000 l sur la base de chiffres CER France de la Région. Ce prix plancher s’adresserait « aux jeunes installés, de moins de 40 ans ayant suivi le parcours à l’installation. Il sera octroyé dans les cinq premières années d’installation. »

Ce prix plancher « correspond à une valeur seuil, ce qui signifie que dès que le prix du lait est inférieur au prix plancher, il y a déclenchement de l’aide grâce à un réajustement en fin d’année, détaille JA. Ce prix plancher constitue un bon investissement pour les laiteries souhaitant conserver des exploitations sur le territoire et garantir d’avoir des jeunes à l’avenir. »

Convaincre les opérateurs

Le syndicat assure que sa présentation a « été bien reçue par les représentants présents, mais le travail continu pour […] le présenter à davantage d’opérateurs économiques, afin de le faire aboutir. »