La fresque s’étend sur toute la longueur du mur du silo de maïs. On y voit une vache, un cochon, des poules, du blé, du maïs avec, de chaque côté, des mains tendues entourant le message « Nourrir notre Humanité ». Elle a été dévoilée à la presse le vendredi 6 novembre sur l’exploitation de Jean Alain Divanac’h, éleveur laitier et de porcs à Plonevez-Porzay (Finistère) et président de la FDSEA du Finistère.

À lire aussi : Intrusion, encore des injures taguées sur les murs d’un élevage (28/08/2020)

Le tag de trop

Le 28 août dernier en se rendant à la traite, Guillaume, le fils de Jean Alain, salarié sur l’élevage avait découvert des inscriptions sur le mur du silo comparant l’élevage à l’holocauste (tels que Élevage = Nazisme, Auschwitz n’a jamais fermé) à la suite d’une intrusion illégale. Pour Guillaume, c’est le tag de trop.

« J’étais tellement sous le choc par rapport à violence des mots que mon premier réflexe a été de tout effacer au karcher. Il restait des traces sur les murs. En passant tous les jours devant, on avait toujours cette image en tête. On s’est dit qu’il fallait passer à autre chose », poursuit le jeune homme de 25 ans. D’où l’idée de recouvrir le mur d’une fresque avec un message positif.

Message symbolique

Plutôt que d’entrer en guerre contre les animalistes radicaux, les éleveurs ont préféré un message de paix et de tolérance. « Nous sommes dans une démocratie, chacun est libre. On ne peut pas imposer sa vision des choses. Il est important de ne pas banaliser de tels faits historiques. »

Le dessin est symbolique. Il rappelle le rôle fondamental des agriculteurs qui nourrissent l’humanité. L’artiste a imaginé une main tendue vers l’autre, ce geste que font chaque jour les agriculteurs : la main qui nourrit. Plus légèrement, cette note colorée sur l’exploitation fait aussi du bien aux exploitants. « On prend plaisir à passer devant. Je pense que j’ai l’un des plus beaux silos de maïs de France », ironise Guillaume.

Pour réaliser ce travail, épaulés par le collectif les Z’Homnivores, les éleveurs ont fait appel à un street-artiste de l’Ille-et-Vilaine du nom de Heol (Soleil en breton). Il est connu pour la réalisation de nombreuses fresques urbaines géantes.

À lire aussi : « Noyons les antispécistes sous les procédures judiciaires » (23/04/2019)

Isabelle Lejas