Initialement prévu hier, le mercredi 14 octobre 2020, le procès a été reporté à la demande de la défense du gestionnaire de l’établissement public, la communauté de communes de La Châtre-Sainte-Sévère, selon Caroline Lanty, l’avocate de L214, l’association anti-élevage.

Deux ans après la vidéo choc

En novembre 2018, L214 avait publié des vidéos d’animaux suspendus par une patte, découpés alors qu’ils étaient encore conscients. Ces révélations avaient conduit la préfecture de l’Indre à suspendre les activités de l’abattoir de manière provisoire.

À lire aussi : L’abattoir du Boischaut a rouvert (07/08/2019)

Ministre de l’Agriculture au moment des faits, Didier Guillaume avait évoqué des « actes intolérables ». Quelque 17000 animaux sont abattus chaque année dans l’abattoir du Boischaut, qui comptait 17 salariés au moment de la diffusion de la vidéo.

À lire aussi : « Si je ne trouve pas d’autre abattoir, j’annule mes ventes » (05/11/2018)

AFP