Après les poules pondeuses, c’est aux cailles élevées en cage pour leurs œufs que L214 s’attaque ce 21 mars 2019. L’association antispéciste a mis en ligne une vidéo qu’elle dit avoir tournée dans un élevage « appartenant à l’entreprise Drôme Cailles ». Et, dans la pétition qui accompagne cette vidéo, elle affirme que ces cailles « connaissent la même vie misérable que les poules pondeuses élevées en batterie ».

Une méthode bien rodée

Les images sont toujours les mêmes : plusieurs gros plans sur des animaux morts, blessés, sur des tumeurs ou des déformations des oiseaux, ou encore des toiles d’araignée pendant au plafond. Bref, beaucoup d’éléments qui permettent à l’association de dénoncer « des conditions d’élevage déplorables ».

Pour Sébastien Arsac, cofondateur de l’association, « la place des oiseaux n’est pas en cage. Les Français le savent. C’est pourtant la triste réalité des cailles élevées pour leurs œufs. Nous pouvons agir à un niveau individuel pour mettre fin à ce cauchemar. Demandons aussi aux supermarchés de renoncer aux œufs issus de cailles élevées en cage. »

Pétition et appel aux dons

Fidèle à son habitude, L214 cible la grande distribution et les grossistes de la restauration dans la pétition qui accompagne cette vidéo. Après avoir affirmé que « 100 % des cailles pondeuses sont élevées dans ces conditions », elle appelle à « cesser d’acheter des produits issus de l’élevage des cailles »… et lui à faire un don pour ceux qui le souhaitent.

E.R.