L’Office français de la biodiversité (OFB) a relaté le 7 mai 2020 sur le site loupfrance, le périple d’un loup retrouvé mort à la suite d’une collision avec une voiture, en Allemagne. Cet animal avait été « identifié pour la première fois en novembre 2018 dans la vallée de la Maurienne en Savoie », détaille l’OFB.

En passant par le Bas-Rhin

Les résultats de l’analyse des indices (excréments et urine) collectés en décembre 2019 autour d’un chevreuil retrouvé fraîchement tué sur la commune de Belmont (Bas-Rhin) prouvent que ce même loup était présent sur les lieux.

À lire aussi : La présence du loup en Seine-Maritime se précise (05/05/2020)

Un hybride de première génération

« L’analyse de son profil génétique révèle qu’il s’agit d’un hybride de première génération », ajoute l’OFB. Les experts pensent aussi que cet animal « est très probablement issu d’une reproduction entre un chien et une louve détectée en 2017 dans la vallée de la Maurienne grâce au monitoring génétique continu réalisé par le Réseau depuis une vingtaine d’années. »

L’animal a donc parcouru plusieurs centaines de kilomètres, ce qui est un phénomène connu. Le modèle de colonisation par « bonds » est caractéristique de Canis lupus lupus.

À lire aussi : Le loup noir abattu était bien un loup (16/12/2019)

M.-F. Malterre