« Certains fabricants font état d’une hausse des commandes d’aliment ces derniers jours. Que les éleveurs se rassurent, les entreprises sont au travail pour assurer les livraisons dans les exploitations. Il n’y a à ce stade pas de risque de pénurie, tous les élevages seront livrés », souligne Stéphane Radet, directeur du Syndicat national de l’industrie de la nutrition animale (Snia).

La logistique fait toutefois partie des « points de vigilance des fabricants, tout comme le maintien de l’activité sur les sites de production ». Dans un communiqué publié ce mercredi 18 mars 2020, les ministères de l’Agriculture, de la Transition écologique et des Transports assurent que dans le secteur du transport de marchandises, toutes activités confondues, les ports et les entreprises des places portuaires, ainsi que la chaîne logistique restent en activité.

Garantir le transport des aliments « sans entrave »

Dans un communiqué publié le 17 mars 2020, la Fédération européenne des fabricants d’aliments composés (Fefac) estime de son côté que les restrictions en vigueur présentent un « risque de pénurie tout au long de la chaîne alimentaire».

L’organisation appelle « l’Union européenne (UE) et les autorités nationales à prendre des mesures rapides pour garantir que toutes les denrées alimentaires et aliments pour animaux puissent être transportés sans entrave à travers l’UE tant que toutes les mesures de sécurité sanitaire requises sont respectées ».

S’agissant de la fermeture des frontières communautaires, « cette mesure ne devrait pas s’appliquer aux navires transportant des matières premières pour l’alimentation humaine et animale qui font défaut dans l’UE, encore une fois, tant qu’ils prennent toutes les mesures sanitaires nécessaires pour assurer la santé de tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement », insiste la Fefac.

V. Gu.