Dans leur note mensuelle publiée le 21 février 2018, Coop de France nutrition animale et le Snia constatent une baisse de la production globale d’aliments composés de 5,6 % en décembre 2017, par rapport à la même période en 2016.

Les aliments pour bovins affichent un retrait de 7,6 %, tirés notamment par la chute de 8,2 % des aliments pour vaches laitières. Du côté des volailles, les pertes affichent 5,5 % de moins, en conséquence d’un recul des aliments pour poulets, dindes et palmipèdes, respectivement de 2, 4, 6 et 18,5 %. Les porcins sont proportionnellement les moins touchés, avec un repli de 3,8 %. Les aliments pour truies sont les plus impactés (–4,6 %).

Début de campagne en baisse

Sur les six premiers mois de la campagne de 2017-2018, les fabrications globales sont en baisse de 1,7 %. Les catégories les plus malmenées sont les aliments pour bovins et pour volailles, en recul respectivement de 2,7 et 2,4 %. Les aliments pour porcins restent en légère hausse, essentiellement grâce au maintien des aliments des porcs à l’engraissement : +0,2 %, avec 1 662 500 tonnes fabriquées.

Enfin, sur l’année 2017, la production globale perd 1,1 % par rapport à 2016. Les aliments pour bovins restent proches de l’équilibre, à –0,5 %, les porcins perdent 1,5 % et les volailles, 1,8 %. La filière des lapins dégringole de 7 %. Du côté de la hausse, les mashs affichent 6,8 % de plus, les ovins 1,8 % et les caprins bondissent de 7,0 %.