Selon la note diffusée par Coop de France nutrition animale et le Snia ce 18 septembre 2017, les fabrications destinées aux bovins progressent de 5 %. Celles pour vaches laitières rebondissent de 2,4 %, de 11,2 % pour les autres catégories de bovins. « En volailles, les reculs de 9,8 % en dindes et 7,9 % en palmipèdes (–16,1 % en palmipèdes gras), sont compensées par les progressions en poulets (+5,8 %) et pondeuses (+2,6 %) ».

Rebond

En juillet toujours, la production d’aliments pour les porcins repasse dans le vert. Elle gagne 0,3 %, grâce à la stabilité des fabrications destinées à l’engraissement (+0,7 %) et une hausse de celles pour les porcelets (+2,1 %). Si en lapins, la baisse continue (–5,1 %), les mashs et les formules pour ovins et caprins enregistrent des hausses respectives de 12,5 % et 8,9 %.

« Sur les sept premiers mois de l’année 2017, la production de mashs est en hausse de 12,3 % avec près de 468 000 tonnes fabriquées. Malgré la progression en bovins (+2 %), l’activité globale reste en légère baisse, de 0,2 %, notent Coop de France nutrition animale et le Snia. Principalement à [cause de] la baisse constatée en aliments pour porcs, de 2,7 % : la production d’aliments pour porcs à l’engrais a diminué de 3,5 % et celle des aliments pour truies de 2 %. »

Toujours de janvier à juillet, les fabrications d’aliments pour volailles restent également en baisse de 1,1 %, « les hausses observées en poulets (+2,5 %) et pondeuses (+0,8 %) ne suffisent pas pour compenser la chute de production des aliments pour dindes (–9,2 %) et dans une moindre mesure des aliments pour palmipèdes (–3,3 %). »